16
Mar

Data science : Quand l’analytique marque des buts!

Le sport a évolué !

Tous les sportifs professionnels vous le diront. L’époque où il était possible de fumer une cigarette entre deux périodes est révolue! Tout comme celle où l’équipe montréalaise dominait outrageusement la Ligue nationale de hockey d’ailleurs. Les équipes se sont adaptées et une plus grande parité est venue s’installer entre chacune de concessions de la LNH. Le marché est aujourd’hui ultra compétitif et un rien peut faire toute la différence dans le classement! Rappelez-vous le but d’Alain Côté!

Si la victoire se concrétise encore sur la glace, il y a une grande partie qui se prépare bien loin des projecteurs. Non, je ne me parle pas des entraînements extraordinaires comme le faisaient les Soviétiques avant la chute du mur, mais bien du travail que réalisent aujourd’hui les analystes comme Matt Pfeffer de Hockey Canada. Il suffit d’y penser. Du repêchage jusqu’au plan de match, les équipes et les fédérations de hockey ont besoin de prendre des décisions basées sur des données. Or, ces données prennent aujourd’hui une forme nouvelle avec ce qui ce que l’on appelle les statistiques avancées. Les analystes peuvent ainsi regarder un joueur, un match, une équipe, voir une ligue ou une fédération complète avec une logique beaucoup plus cartésienne. Même si nous sommes dans un sport différent, l’histoire des A’s d’Oakland, racontée dans l’excellent film Moneyball, parle pour elle-même. Réussir dans le sport demande assurément une bonne dose d’intelligence autant sur la glace que derrière le banc ou dans les bureaux exécutifs.

Si vous deviez négocier le contrat de votre gardien de but préféré, parions que vous voudriez avoir une bonne idée de ses performances réelles et de son « effet » sur l’équipe. Et quand viendra le temps de former une équipe, allez-vous vraiment vous contenter d’écouter la rumeur pour échanger un espoir de votre organisation ? Les décideurs du sport doivent toujours composer avec une bonne dose d’incertitudes. L’analytique permet, sans aucun doute, d’accorder un peu moins de pouvoir au hasard.

L’analytique peut-elle gagner une coupe Stanley ?

Pour comprendre ce qui se passe dans le monde de l’analytique, rien de mieux que d’aborder le cas du hockey et de la LNH. Matt Pfeffer, analyste de Hockey Canada, nous exposera le tout, le 28 mars prochain, avec une question fort simple : L’analytique peut-elle gagner une coupe Stanley ?

Parions que peu importe la réponse les leçons du sport seront utiles dans d’autres domaines.

Cliquez ici pour découvrir la programmation de #Datavore2017

Partager ce contenu

Facebooktwitterlinkedinmail