11
Fév

Datavore : le régime tendance du monde des affaires

Omnivore, frugivore, insectivore ? Non, le régime tendance dans le monde des affaires est bien loin du nouveau guide alimentaire canadien. Ce que certains décrivaient comme une tendance qui se profilerait au loin est passé en quelques années de mode niché à phénomène au potentiel révolutionnaire. Ainsi, au sein des plus grandes entreprises, l’analytique et le “big data” (ou “données massives”) sont aujourd’hui intimement associés à l’intelligence artificielle et de plus en plus d’entreprises se réclament dès lors d’un régime de type datavore!  C’est ce que révèle le plus récent sondage annuel de NewVantagePartners, véritable baromètre des tendances de l’industrie au sud de la frontière.

Réalisée chaque année, depuis 2012, auprès d’un groupe de cadres exécutifs de différentes industries, l’enquête permet, notamment d’établir que 73% des répondants affirment qu’ils reçoivent déjà une valeur mesurable liée aux initiatives liées aux données massives et l’intelligente artificielle. Fait important, il s’agit d’une augmentation de près du double si on le compare aux résultats de l’année précédente. La raison, non officielle, est sans doute que l’intégration des données dans les pratiques d’affaires exige une période d’apprentissage. En somme, plus on apprivoise les données et plus on en retire des avantages. On ne s’étonne donc pas que de plus en plus d’organisations veuillent prendre un virage vers le « data-driven ».

Il faut aussi retenir qu’en quelques années, le cercle (ou la tarte) s’est agrandi. Ainsi, les industries centrées sur les données (ou data-driven) ne sont plus que dans le domaine de la finance, un secteur de prédilection de par l’importance du « mesurable » dans les pratiques dominantes. Les sciences de la vie, le manufacturier, les télécommunications et les industries en ligne occupent une place de plus en plus significative dans l’écosystème des utilisateurs de données. Bien que tous ne sachent pas encore tirer profit de ce nouvel actif à fort potentiel que sont les données, un nombre important des participants au sondage s’accordent pour dire qu’il faut investir dans des projets de ce type. Celui qui ne le fera pas risque de voir sa position concurrentielle en souffrir.

De nombreuses entreprises ont saisi cet appétit et ce potentiel, les initiatives pour démocratiser l’utilisation des données pavent ainsi la voie à l’optimisation de petites, de moyennes et de grandes entreprises. Ainsi, une entreprise qui fait le choix de l’analytique peut aujourd’hui profiter de nombreux fournisseurs qui comprennent leur domaine d’affaires. En parallèle, l’analyse de données se démocratise alors que des « amateurs » profitent de nouvelles interfaces graphiques et des bases de données plus accessibles pour étendre leurs connaissances…tout en faisant profiter leur communauté et, souvent, de nombreuses divisions d’une même organisation. Ainsi, la prise de décision basée sur les données est de moins en moins la chasse gardée d’un département. Cela augmente, par le fait même l’intérêt pour l’apprentissage machine et l’analyse prédictive, dans les différentes sphères de la gestion. Des ressources humaines jusqu’au marketing, le potentiel des données est bien réel.

C’est ainsi que l’événement Datavore a aussi bien changé depuis que s’est tenu la première édition du Salon BI (ancien nom de Datavore) et sa mouture plus récente, destinées à celles et ceux qui ne sont jamais rassasiés de donnés. D’un petit groupe de spécialistes issus quasi exclusivement des TI, l’événement embrasse aujourd’hui beaucoup plus large. Plus grand rassemblement de la scène de l’intelligence d’affaires au Québec, le rendez-vous annuel favorise de plus en plus en plus les rencontres, les échanges et surtout l’inspiration de celles et ceux qui se font ambassadeurs d’un état d’esprit contagieux et ce peu importe leur domaine. Ainsi, l’événement permet aujourd’hui d’outiller des professionnels de l’analytique avec des laboratoires pour tester les plus récentes applications, mais aussi des décideurs de tous les secteurs et qui veulent mieux s’équiper pour devenir, eux aussi, data-driven. Datavore est donc à la fois un événement pour les initiés que pour les recrues les plus curieuses.

En 2018, les conférences de Ravin Jesuthasan, celle de Jothi Periasamy et de Claude Théoret ont permis aux participants de se projeter vers l’avenir. Même s’il est encore trop tôt pour savoir si ces conférenciers de renoms avaient raison, il ne fait aucun doute que le monde d’aujourd’hui, et encore plus celui de demain, adoptera un régime datavore.

Pour en savoir plus, consultez la programmation de Datavore!

 

 

Partager ce contenu

Facebooktwitterlinkedinmail